|||

Et puis s’en vont

La politique du pitre

Printemps 1981
Je ne suis pas encore photographe. mon désir du moment est de photographier par tous les moyens Georges Marchais. Une idée en l’air, entre copains de lycée, mi-engagement politique, mi-gageure de potache. Je sollicite un rendez-vous auprès du maire communiste de Gardenne qui me reçoit dans son bureau. il comprend que je veux photographier le marché de sa ville. Ma passion pour la politique débute donc par une incompréhension mutuelle. Finalement, je verrai Georges marchais d’assez loin lors d’un meeting au stade Vélodrome pour la campagne des élections présidentielles.

Printemps 2007
Je suis, depuis, devenu photographe de presse indépendant. J’ai suivi dans l’objectif de mon appareil la vie politique française, à travers ses élections, les rencontres, les déplacements et j’ai regardé vieillir et passer les hommes et les femmes politiques dans le miroir subjectif de la commande de presse. Ainsi, c’est l’histoire d’un quart de siècle qu’illustrent attitudes, combats, rassemblements, doutes, poses… de tous ceux qui s’en sont allés sous l’ombre des deux figures du commandeur, François Mitterand et Jacques Chirac. Ces reportages ont été des sujets d’un jour ou d’une décennie, portés par une actualité brûlante ou l’oubli vite installé qui caractérise si bien la pratique journalistique. Et puis s’en vont… organes de presse, photographes, acteurs politiques…

— Éric Franceschi

Avant-propos de son livre de photographies politiques Et puis s’en vont.

Envole-toiEnvole-toi

En mai 1981, Franceschi fait 2 choses marquantes pour la première fois :

  1. il vote ;
  2. il photographie une personnalité politique.

Personne ne sait s’il a renouvelé l’expérience du vote. Peut-être pas. Par contre, le spectacle de la politique, il l’a scruté pendant 25 ans.

Hors-champHors-champ

Il a suivi tout le monde, partout.

Tapie dans la crasseTapie dans la crasse

Il les a observés de près, dans la mêlée. Dans la fosse.

EncravatéEncravaté

Il a montré le rapport qu’entretiennent les politiques avec la plèbe.

Peuple, peuple, populace. Tu pues, pollues et me répugnes.Peuple, peuple, populace. Tu pues, pollues et me répugnes.

Le livre, sorti en 2007, n’est évidemment pas exhaustif. Mais la sélection vise juste.

La jeunesse l’emmerdeLa jeunesse l’emmerde

Des détails aux grimaces en passant par les flottements, on voit ce que Franceschi a vu pendant 25 ans.

taper dans l’œiltaper dans l’œil

Les quelques exemplaires encore dispos sont vendus une bouchée de pain sur Amazon ou ailleurs.

Vive la RépubliqueVive la République

Ce n’est peut-être pas une bonne idée cadeau.

Coup de mouCoup de mou

Mais si vous êtes de celles et ceux qui ont grandi avec ces visages familiers appartenant à ces personnes pourtant si lointaines qui nous ont gouverné, ces images-là vous parleront peut-être.

Le toper vite fait sur amazon →

PS : Pardonnez la piètre qualité des photos reproduites dans ce billet. En l’absence de versions numériques décentes de ses clichés, je l’ai fait à l’ancienne — j’ai photographié les pages du livre. Oui, c’est sale. Désolé. Vraiment.

pourboire
papoter
Pour recevoir les nouveaux billets par missive électronique,
LA SUITE Angers → Nantes : deux dérapages Sur les murs du web #8
DERNIÈRES BRICOLES Scam for ever Voyage, voyage Loire à vélo • L’intégrale et les bisous Loire à vélo • 7 • Les yeux bandés Loire à vélo • 6 • Le genou grince Loire à vélo • 5 • Des hauts et des bas Loire à vélo • 4 • Le nez au vent Loire à vélo • 3 • Sur du velours Loire à vélo • 2 • Là-haut Loire à vélo • 1 • Tchou-tchou Sur les murs du web #8 Et puis s’en vont Angers → Nantes : deux dérapages Collés serrés Le corps des femmes Sur les murs du web #7 Plein cadre Sur les murs du web #6 Loin des hommes Sur les murs du web #5 Restricted Areas Sur les murs du web #4 Sur la platine #3 Sur les murs du web #3 Notion catalogue Sur les murs du web #2 Sur la platine #2 Sur les murs du web #1 Une lumière dans la nuit Sur la platine #1 Se soulever