|||

Se soulever

1 + 1 + 1000 = 1

Certaines œuvres craquent parfois le slip de celles et ceux qui les découvrent. Sensation toujours étrange — surtout quand elle arrive par surprise. Cet étrange phénomène m’est arrivé avec The Uprising, un film de Peter Snowdon, lorsque je l’ai découvert à sa sortie en 2014.

Là, il y a déjà un problème : définir ce film. Dans un entretien pour le documentaire A Life in Pictures sur la carrière de Stanley Kubrick, Steven Spielberg dit, à propos de 2001, L’Odyssée de l’Espace, qu’il ne s’agit pas de science fiction mais presque d’une éventualité scientifique. Sa façon à lui de redéfinir une œuvre, de se l’approprier. Mieux l’appréhender. Il en va de même ici. Documentaire serait réducteur. Fiction serait mensonger. The Uprising est une équation impossible :

1 + 1 + 1000 = 1

Un qui sublime tous les autres.

First Person Revolution

Ici, le héros, c’est la rue. Les gens. Les gens dans les rues de Tunisie, d’Égypte, de Lybie, de Syrie, du Yémen et de Bahreïn. Entre décembre 2010 et octobre 2011, pendant le Printemps Arabe qui a commencé en hiver. Les gens dans les rues filmés par les gens dans les rues. C’est la seule source d’images du film : les vidéos amateurs tournées à l’arrache par les manifestants. Non, lesdites images ne sont pas utilisées pour raconter les protestations en question ou les contextualiser. Non, elles ne sont pas une collection ou une accumulation, tel un zapping indigeste de chaîne d’infos en continu remplissant le vide. Il s’agit d’une scénarisation : aller puiser dans ce puits sans fond d’images pour créer une nouvelle histoire. L’histoire d’une révolution imaginaire, d’un soulèvement de peuple fictif. Il s’agit de décontextualiser pour tenter de dessiner un archétype de tremblement de la base.

Esthétique du soulèvement

On a donc fini par assumer quelque chose qu’on rechignait à faire au départ : monter le film en ignorant toutes les frontières qu’on a pourtant l’habitude d’utiliser et de disséquer pour comprendre cette région. Aussi, il me semblait intéressant de détruire des frontières qui sont en partie des constructions coloniales et qui sont maintenues par des chefs d’Etat contestés par ces révolutions.

C’est bien ce qui risque de défriser plus d’un poil. C’est pourtant ce qui fait la saveur, ce qui fait de cet objet un film. The Uprising est un mash-up d’une heure vingt. Un travail lent et difficile consistant à mélanger plusieurs sources pour créer une nouvelle œuvre qui raconte une nouvelle histoire. Mélanger, découper, recadrer, altérer les couleurs… Remixer la réalité.

1 + 1 + 1000 = un autre

Un soir d’ivresse, Pablo1 a frappé du point sur la table, s’est redressé brutalement puis a lâché sa bombe ultra-galvaudée depuis mais tant pis:

Les bons artistes copient, les grands artistes volent.

L’infante Marie-Marguerite : l’original de Vélasquez, le “vol” de PicassoL’infante Marie-Marguerite : l’original de Vélasquez, le “vol” de Picasso

Comprendre : ne pas s’excuser de taper dans ce qui a déjà été fait — c’est là pour çà. Les artisans derrière ce film n’ont pas seulement taper dedans, ils l’ont sublimé. Ils ont volé toutes ces images pour dire autrement. Donner un autre souffle. Raconter leur propre histoire.

Craquage de slip.


  1. Picasso pour les intimes

pourboire
papoter
Pour recevoir les nouveaux billets par missive électronique,
LA SUITE Est-ce que tu le sens ? Sur la platine #1
DERNIÈRES BRICOLES Sur les murs du web #7 Plein cadre Sur les murs du web #6 Loin des hommes Sur les murs du web #5 Restricted Areas Sur les murs du web #4 Sur la platine #3 Sur les murs du web #3 Notion catalogue Sur les murs du web #2 Sur la platine #2 Sur les murs du web #1 Une lumière dans la nuit Sur la platine #1 Se soulever Est-ce que tu le sens ? Horse around À l’angle La p’tite histoire des coquelicots · 2/2 La p’tite histoire des coquelicots · 1/2 ’Murica Cinéaste, sur cinéaste devant cinéaste Point à la Ligne Délit de sale gueule Nantes → Saint-Brévin → Pornic Inland Empire Ne pas vraiment mourir, et recommencer Résal social Nul part C’est la santé